Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 09:33
C'est amusant, ça doit être facilement le 4e ou 5e post dans lequel je justifie ma relative absence blogguienne. Tu me prends tellement les tripes, honnête lectrice, mon opposée, ma maîtresse, que j'en viens quelquefois à t'écrire pour te dire que je ne suis pas là. Quelle conclusion peut-on en tirer?

Que tu me manques, pardi ! J'aime l'idée que tu me lis, que tu souris lorsqu'au détour de ma prose forcément vulgaire, parfois veule même, tu trouves un bon mot qui te réchauffe les entrailles, j'aime l'idée que quelquefois tu pestes devant mon inconstance...

Alors bien sûr j'ai du mal à répondre présent parce que le retour dans le sud me prend beaucoup de temps, parce que je n'ai pas encore vraiment de maison, parce que le boulot est très prenant... Tu imagines, je quitte un boulot dans lequel j'assurais relativement, pour arriver dans un job où je n'assure pas du tout et où j'ai tout à apprendre... Le stress.

Mais je suis sûr que tu peux me comprendre, tu sais, la vie ici est très dure, le soleil, les cigales, l'air marin tout ça, quelquefois on n'en peut plus... La souffritude, quoi.

Bon, le diable se cache dans les détails mais le bonheur dans les petits instants spéciaux de la vie. Le soir de la fête de la musique, je rentre tranquillement  du boulot et je choisis de passer par les chemins de traverse, plus précisément par la route des Quatre Termes pour toi qui connais le coin.

Je roule, tranquille , mon pote Seu Jorge susurre je ne sais quelle samba à ce moment-là, il fait beau, le bras hors de la portière je joue avec l'air qui me caresse les poils, je roule lentement personne n'est derrière moi.

Tout d'un coup, un drame se dessine, et tout le monde est affolé : Paf, l'envie de pisser me vient. Comme une envie de pisser. (trvialité quand tu nous tiens...) N'écoutant que mon courage (et ma vessie), je ne fais ni une ni deux (ni trois ni quatre pour paraphraser Pierrot) et je m'arrête sur le bas côté, je fais quelques pas dans la garrigue, sur le puy entre Les Quatres Termes et la route de Péloche à Saint-Cannat. Campé fermement sur mes deux jambes comme le tireur de foire, je me laisse aller à une douce et réparatrice miction, face au ciel, dans la garrigue et sous un concert de crissements d'ailes des cigales.

Mon visage s'illumine, il n'y a pas que le soulagement, il y a aussi un souvenir. Le souvenir de voyages, six mois auparavant, les cuisses croisées, le regard crispé, les mains coincées entre les cuisses, les dents serrées et l'espoir que le métro arrive plus vite, pour se ruer dans les escaliers et arriver à l'appart le plus vite possible.

Là, le bonheur, la facilité, la félicité. Tout n'est qu'ordre et beauté mon pote...

D'ailleurs, dès que je peux, je recommence. Fais le toi aussi, sous le ciel bleu, ou sous la Lune. Là, c'est dans le Luberon. Un beau moment à partager :

GRoletmoisouslalune.jpg

Partager cet article

Repost 0
publié par Fredogino - dans C'est ça la vie
commenter cet article

commentaires

Carla :0010: 09/07/2007 18:16

non Nico, ah nah.... c'est moi la poupée, non mais ! (rires) biz beau gosse

Fredogino 10/07/2007 14:04

T'as raison la miss, c'est toi qui es une poupée...

Semiramis 09/07/2007 15:50

remarque , vu que le PS semble malheureusement  s'enliser à fond dans la merde, je comprends que tu fasses un article sur la miction

Fredogino 10/07/2007 14:03

Merci pour lui...

Semiramis 09/07/2007 15:44

article à pisser de rire !!!(OK je sors )

Fredogino 10/07/2007 14:03

Très bonne...

Fifounet 09/07/2007 14:19

Moi j'y arrive aussi... Mais question garrigue et cigale, bof ! Tout juste un grillon et encore... lol

Fredogino 09/07/2007 14:34

Il me semblait bien qu'il te manquait un petit truc...

missmio 09/07/2007 10:32

C'est beau deux hommes en train de pisser !!! On en veut encore des comme celle-là !!

Fredogino 09/07/2007 11:02

Grrrrrr....

Or, donc...

 
Time flies, comme ils disent. Les gens qu'on aime disparaissent, des horreurs se produisent, et on avance. On a le droit, on a le devoir de croire que l'omme peut s'en sortir, on a le droit de rêver, d'aimer, de rire et de chanter.
 
Le monde meilleur, il faut le faire, il faut en parler. alors on apporte notre petite contribution, et si ça ne plaît pas, au moins ça débarrasse. Ca débarrasse la tête, le ventre, le coeur.

Si tu as apprécié, participe et reviens. Il y a du blanc et du rosé au frais. Du saucisson au cellier. Du fromage qui pue à tous les étages... Le rouquin est sur la table, sers-toi, trinquons, et profitons de la vie ! Echangeons, mélangeons, partageons... 

Recherche

Mes Vieux Trucs