Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2007 3 15 /08 /août /2007 10:39
Pierre Mac Orlan disait qu'il fallait être anglais pour inventer le rugby. Qui d'autre aurait pu penser à un ballon ovale ? Comment on peut jouer à un jeu avec un ballon aux rebonds aussi capricieux ? C'est ce que tu te demandes la permière fois où, à deux mètres de la ligne d'en-but, le ballon de rugby rebondit juste devant toi, lancé comme une balle pour aller à l'essai, et qu'il choisit finalement de partir dix mètres à droite que de tomber dans tes bras. Et puis finalement tu t'y fais parce que ça fait partie du plaisir de ce sport si particulier, et on en vient à vénérer ces caprices de star de ce qui n'était finalement qu'une vessie de porc quelques semaines auparavant.

Tiens d'ailleurs ça me fait penser, avis aux amateurs, à la règle du jeu du mythique Blood Bowl, un jeu de plateau sorti en 1987, dont l'historique expliquait la naissance du jeu. Afin de  désigner un vainqueur à une guerre qui malgré un énorme bain de sang n'avait pas su désigner de gagnant les protagonistes eurent l'idée de jouer la victoire sur un champ de jeu, en transportant une vessie de porc dans le camp advrese pour marquer des points.

La vessie de cochon était donc gonflée et les "joueurs" se l'arrachaient, se la passaient tout en massacrant joyeusement leurs adverses. Beaucoup plus tard, les dépositaires eurent l'idée de gonfler la vessie APRES l'avoir retirée du cohon, au grand soulagement de celui-ci, ce qui facilita beaucoup plus le jeu...

Donc je te parlais de rugby, tu vas en souper un peu de ce beau sport dans les prochains mois puisque comme tu le sais, la coupe du monde 2007 aura lieu en France, du 7 septembre au 20 octobre. Tu vas bien sûr pouvoir apprécier les courses folles de l'ailier néo-zélandais Joe Rokocoko, les traits de génie de son compatriote Dan Carter, les changements d'appui et de rythme de Fred Michalak l'ouvreur français ou les inspirations du grand Johnny Wilkinson, l'anglais de retour après plusieurs années de galère, les double-appuis de gazelle de son ailier et ancien treiziste Jason Robinson... Tu vas voir du beau jeu, des gestes techniques incroyables de la part de gaillards immenses et gonflés comme un slip de voyeur devant une rétrospective SuperVixens...

Mais je t'incite à aller plus loin que le côté show off que le rugby moderne veut donner à son image pour alpaguer les foules incultes. Je voudrais que tu t'intéresses aussi à la sauvagerie de ce sport, à la violence des chocs, parce que les joueurs respectent leur adversaire et préfèreront lui marcher dessus, ou se faire marcher dessus que de lui laisser le gain d'un pouce de terrain. Respire à fond l'odeur de l'herbe fraîche et de la terre remuée, goûte la rosée et la boue sur ta joue rougie par le contact avec le gazon. Sens cette odeur de canfre, de sueur et de peur qui se dégage du vestiaire avant l'entrée sur le terrain. La peur, oui, omniprésente. La peur de l'adversaire car pour le respecter, il faut le craindre.

Le grand Pierre Albadejo, ancien deuxième ligne international et longtemps consultant pour Antenne 2 pouis France2 explique le truc, dans un de ses livres : "Au football, si tu es mauvais et que l'adversaire est très bon, tu risques d'être ridicule. Au rugby, tu risques ta vie." C'est un bon résumé de l'état d'esprit qui anime un joueur avant de rentrer sur le terrain. Et si tu arrives à te mettre ça dans le crâne, tu sentiras dans tout ton corps le drame de ce sport si brut, si beu.

Devant ta télé, plonge ton regard, avant l'entrée, dans le couloir qui mène des vestiaires à la lumière, plonge ton regard dans celui de l'immense Lawrence Dallaglio, le troisième ligne du XV de la rose, tu verras la peur, la férocité, la concentration et la détermination. Je peux t'assurer que tu seras prêt à voir le match avec des yeux tout différents.

Tu pourras alors apprécier ce sport de sacrifices, où chacun donne de sa personne, paie physiquement pour que le collectif l'emporte, où tu souffres volontairement pour que ton copain qui est là à côté n'ait pas à souffrir, plus que tout autre sport, même le hand-ball (prononce handballeu), c'est un don de soi.

Dans trois semaines, ça commence. Ce sera beau, rude, sauvage, émouvant. Je t'en reparlerai.

Partager cet article

Repost 0
publié par Fredogino - dans Rugby
commenter cet article

commentaires

Marion Coued' 23/08/2007 13:24

Faut absolument que j'envoie le lien de cet article à mon pôpa ! ...je t'embrasse

Fredogino 26/08/2007 18:17

te gêne pas, je serai fier s'il venait voir...

Fifounet 20/08/2007 16:54

Un p'tit kdo...Rugby pub humourenvoyé par toopasc

Fredogino 22/08/2007 17:58

lol je connaissais...

Maried 17/08/2007 14:06

J'aime bien le rugby, et j'aime bien l'ambiance dans les stades. C'est festif. J'espère pouvoir assister à des beaux match lors de la coupe du monde !Je ne connaissais pas l'histoire des premiers jours du rugby... Pas mal, pas mal !

Fredogino 17/08/2007 15:02

Ca pour être festif... Fais attention ton lien ne marche pas. C'est over-blog.com, pas .fr...

:0026: Nico 17/08/2007 13:34

Comment ? Tu ne la connais pas !!!! Oh que je suis déçu là...aller, tiens, parce que c'est toi ! It is death It is death It is life It is life It is death It is death It is life It is life This is the hairy man Who caused the sun to shine again for me Up the ladder Up the ladder Up to the top The sun shines!

Fredogino 04/09/2007 17:44

Je la connais, mais pour nos amis qui ne parlent pas maori... L'homme poilu, l'homme montagne, c'est quand même beau...

:0026: Niconippon 17/08/2007 09:18

Ka mate Ka mate Ka ora Ka oraKa mate Ka mateKa ora Ka ora Tenei Te Tangata Puhuruhuru Nana i tiki mai whakawhiti te ra Upane Upane Upane Kaupane Whiti te ra

Fredogino 17/08/2007 11:24

Et la traduction, alors ?

Or, donc...

 
Time flies, comme ils disent. Les gens qu'on aime disparaissent, des horreurs se produisent, et on avance. On a le droit, on a le devoir de croire que l'omme peut s'en sortir, on a le droit de rêver, d'aimer, de rire et de chanter.
 
Le monde meilleur, il faut le faire, il faut en parler. alors on apporte notre petite contribution, et si ça ne plaît pas, au moins ça débarrasse. Ca débarrasse la tête, le ventre, le coeur.

Si tu as apprécié, participe et reviens. Il y a du blanc et du rosé au frais. Du saucisson au cellier. Du fromage qui pue à tous les étages... Le rouquin est sur la table, sers-toi, trinquons, et profitons de la vie ! Echangeons, mélangeons, partageons... 

Recherche

Mes Vieux Trucs