Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2005 1 19 /12 /décembre /2005 17:09
J'avais promis à Youk de lui donner exactement l'échange entre Brel et Préboist dans Mon oncle Benjamin, lorsque Parlenta vient pour annoncer à Benjamin qu'il viendrait bientôt le saisir. Chose promise, chose due:

Brel: -  Ce bon Parlenta! Est-ce que par hasard tu viendrais nous chanter « A genoux, chrétiens, à genoux! »?

Préboist : - des jeux et des chansons, l'heure est passée, hélas, d'attendre plus longtemps tes créanciers se lassent!

B : - Dieu me savonne, ce sont des vers!

P : - C'en sont, car il faut bien que la rime adoucisse le pénible devoir qu'impose mon office.

B : - Allez tu vas nous raconter tout ça... Mais goûte-moi d'abord ce petit Volnay.


P: - Ah, ah ben si c'est du Volnay...


[il goûte]. Ahh, il est coquet!


B : - Si tu as soif tu ne te gêne pas, il m'en reste deux barriques.

Rosy Varte : - Qui bien entendu ne sont pas payées...

P: - Et voilà justement ce qui céans m'amène. Juge de mon chagrin et pardonne à ma peine, mais je dois t'avertir qu'avant qu'il soit matin, je viendrai te saisir de mes légales mains...


Fin de la spéciale dédicace, David... J'en profte pour parler de ce film, l'un de mes préférés. Il est basé sur un roman de Claude Tillier, publié en 26 feuilletons en 1842 dans l'Association, journal démocratique de Nevers.

En 1969, Edouard Molinaro profite de l'excellence de Brel pour signer ce film léger et agréable. Benjamin Rathery, médecin de campagne, est un libertaire, trousseur de jupons, lecteur de Villon et Ronsard, bretteur, noceur bref, l'homme parfait ;)

C'est aussi un homme généreux, toujours prêt à aider les pauvres gens et à emmerder les riches. D'où de sérieuses algarades avec le marquis de Cambyse, alias Bernard Blier, ou le vicomte de Pont-Cassé, qui deviendra pourtant son ami.

J'aime Mon oncle Benjamin pour la faconde de Brel, pour ses chansons, pour sa façon de dire Ronsard. Pour la jolie frimousse de Claude Jade aussi, pour Paul Préboist, décalé en huissier poète...

J'aime surtout Mon oncle Benjamin pour quelques scènes d'anthologie, par exemple lorsque, complètement saoûls, les membres de la "noble bande d'épicuriens" comme les appelle Benjamin, écoutent religieusement l'huissier Parlenta, pleurant la ballade des Pendus de François Villon accroché au lustre. Tu imagines la scène? Non? Alors tiens:



Mon oncle Benjamin c'est aussi la chronique d'une époque où ceux qui sentent le changement souffrent d'être des précurseurs... La société rurale n'est pas prête à la liberté et à l'égalité, que Benjamin chérit (surtout la liberté)...

Cette chronique est légère, portée par des personnages hauts en coleurs, des acteurs admirables (Dalban, Frankeur...).

A mon avis, l'esprit du film est résumé dans une scène. Benjamin sort de chez monsieur Minxit, riche médecin, membre de la confrérie des picoleurs, qui aime Benjamin comme son fils et veut lui faire épouser sa fille. Benjamin, qui est contre le mariage, essaie de s'y soustraire régulièrement. Il sort donc de chez M. Minxit et tombe nez à nez avec le Vicomte de Pont-Cassé, venu rendre visite à Arabelle, la fille de Minxit, dont il est amoureux et qui le lui rend bien...

Face à lui, Benjamin est campé sur ses jambes, les poings sur les hanches, une marguerite à la bouche. L'autre le menace, usant de son nom... Benjamin retire doucement la marguerite de la bouche... et lui rote au visage, avant de s'en aller tranquillement, laissant l'autre hébété!



Tu l'auras compris, des dialogues savoureux, des personnages sympathiques, une jolie photo aussi, je ne t'en ai pas parlé mais les paysages de la Nièvre sont magnifiques, et Brel enfin, Brel surtout, ses yeux tantôt doux tantôt de fous, Mon oncle Benjamin est un film à voir, à revoir, à rerevoir...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

:0007: Youk - Netbourgogne 06/07/2006 16:30

Ben, dis donc, on te cherche sur mon blog... et je me rends compte qu'il y a presque autant d'articles qui te sont destinés que d'articles destinés au reste du monde !

Voir le topo ici :

http://www.netbourgogne.com/article-3193111-6.html

Amicalement.

Fredogino 06/07/2006 16:54

Ton blog est fréquenté par des gens de goût... ;)

:0007: Youk - Netbourgogne 05/07/2006 18:18

Et encore un trackback ici :

http://www.netbourgogne.com/article-3202749-6.html#anchorComment

Amicalement.

Fredogino 06/07/2006 15:21

Pour Ce beau film...

:0007: Youk - Netbourgogne 05/07/2006 18:14

Tiens, je t'ai encore trackbacké :

http://www.netbourgogne.com/article-3202346-6.html

Amicalement.

Fredogino 06/07/2006 15:21

Génial. Bises

:0007: Youk 03/04/2006 10:48

Encore un peu de pub sur mon blog...
http://www.netbourgogne.com/article-951715-6.html#anchorComment
Amicalement.

Le vengeur démasqué 21/12/2005 10:39

Comme tu dis :
"Que du bonheur !"

Bonnes fêtes. Youk

Or, donc...

 
Time flies, comme ils disent. Les gens qu'on aime disparaissent, des horreurs se produisent, et on avance. On a le droit, on a le devoir de croire que l'omme peut s'en sortir, on a le droit de rêver, d'aimer, de rire et de chanter.
 
Le monde meilleur, il faut le faire, il faut en parler. alors on apporte notre petite contribution, et si ça ne plaît pas, au moins ça débarrasse. Ca débarrasse la tête, le ventre, le coeur.

Si tu as apprécié, participe et reviens. Il y a du blanc et du rosé au frais. Du saucisson au cellier. Du fromage qui pue à tous les étages... Le rouquin est sur la table, sers-toi, trinquons, et profitons de la vie ! Echangeons, mélangeons, partageons... 

Recherche

Mes Vieux Trucs