Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2006 3 11 /01 /janvier /2006 18:05

Je t’avais promis que je te parlerais de la façon dont le gouvernement traite le chômage…

C’est un sujet qui commence à dater un peu, mais j’y ai repensé récemment en écoutant un sketch de Patrick Font et Philippe Val du tout début des années 80, où Patrick Font disait sous forme de boutade qu’il suffisait à un homme politique de manier la peur pour que l’électeur vote à droite.

 

Donc, le programme nécessaire et suffisant pour un politique de droite est de stigmatiser la différence et d’en faire un sujet de crainte pour l’électeur, et le tour est joué…

Bon c’est un peu réducteur, mais ça ressemble quand même au programme du grand petit homme de l’Intérieur, candidat déclaré à la chaude place du grand Jacquot, président du département le plus riche de France, maire démissionnaire de la ville la plus riche de France, président du plus gros parti de France, immigré hongrois à particule nobiliste (ça existe pas, je sais, c’est une licence humoristique pour faire un parallèle avec l’embouligue), j’ai nommé « tu-l’auras-reconnu ».

 

Mais Dieu me tripote (pas trop bas, t’as les mains froides), je m’égare un peu et je reviens sur la façon de traiter les chômeurs : la stigmatisation et la peur.

Le chômeur est un fainéant, il pue et ne bouge son gros cul que pour aller chercher ses allocations, c’est bien connu. Et c’est souvent un immigré qui profite du travail des français. Tout le monde sait ça, voyons, ils le disent à la télé.

 

Or donc, le gouvernement, dans un souci de salubrité publique, et pour redonner du moral à la France et aux français, les vrais, ceux qui paient les impôts, pas les assistés, a décidé que ceux-ci étaient trop chouchoutés.

 

Ainsi, pour les aider à être embauchés, ces fainéants, le gouvernement a créé, le 2 août 2005, le contrat nouvelles embauches (CNE) permettant aux entreprises de moins de 20 salariés de licencier leurs nouveaux embauchés sans justification durant deux ans.


Le décret qui le met en place organise le suivi... et le contrôle accru des chômeurs : sanctions graduées (- 20 %, voire - 50 %, sur l'allocation avant radiation)… Charmant.


Mais ça ne suffit pas, il reste trop d’inactifs qui profitent des allocations, oui, c’est ça, des profiteurs… Donc le gouvernement, la veille de Noël, publie un décret permettant aux agents du ministère de l'Emploi contrôlant les chômeurs d'accéder à leurs informations fiscales.


Le Canard Enchaîné du 4 janvier 2006 puis Libé du 7 janvier raconte cette belle histoire des chômeurs conviés pour un entretien « individuel » et qui se retrouvent devant une boîte privée, à 50, pour se voir proposer un stage de « remotivation » qui commence le lendemain, et loin, très loin…


Ah, au fait, le nombre des allocataires du RMI (Revenu minimum d'insertion) a progressé de 6,2% entre septembre 2004 et septembre 2005, selon les statistiques de la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf), qui verse le RMI. Tu ne sauras jamais qui paie pour le RMI ? C’est les départements. Tu devineras jamais de quelle couleur politique est la majorité des départements ?

Allez je t’aide, elle est pas bleue.

 

Pour être tout à fait franc, l’Etat est sensé aider financièrement les départements à payer le RMI/RMA. Mais d’une part, il manque des sous, puisque le remboursement est basé sur les années de référence de l’Etat, et que depuis les Rmistes augmentent exponentiellement (j’exagère un poil) et d’autre pat, les départements font l’avance à l’Etat, car ils n’ont encore rien touché, mais mis en place le système dès 2004, alors même que le gouvernement n’avait pas encore pris les décrets d’application…


En septembre 2005, 1,2439 millions de personnes étaient bénéficiaires du RMI. La hausse serait surtout due à la baisse du nombre de chômeurs indemnisés et la limitation dans le temps de l'allocation spécifique de solidarité. Le RMI se monte à 425,40 euros pour une personne seule et 893,34 euros pour un couple avec deux enfants.


Alors bien sûr, tu vas me reprocher d'être partial. Mais s'il est certain qu'il existe des profiteurs et qu'il faut les punir (comme dans toutes les couches de la société) cette stigmatisation populiste du plus faible ne me plaît pas du tout. Encore une fois, c'est l'incitation à se laisser aller à ce qu'on a de plus bas en nous...


Ne te laisse pas faire. Aime les gens, et surtout les faibles
Les vieux, les enfants, les idiots, les malades, les énarques ()...

Partager cet article

Repost 0
publié par Fredogino - dans De l'actu
commenter cet article

commentaires

doctole 13/01/2006 09:21

Salut mon grand vaionqueur : va ?! Bises

Melissa_bel 12/01/2006 21:47

Eh oui, la chasse aux chomeurs, c'est de saison un peu partout en Europe.

line 12/01/2006 20:13

Clair et convaicant ton article, je l ai lu tranquillement pour essayer d y voir plus clair. Par contre juste un truc je croyais sarko fils dun aristocrate hongrois j avais lu ça sur sarkostique (ob) ça change rien au pb mais bon c juste pour dire
bizz

Fredogino 13/01/2006 00:29

Bien sûr, Line, t'as raison, j'ai corrigé. Lapsus.

brigetoun 12/01/2006 19:10

merci pour la phrase de Desproges que je ne connaissais pas. assez d'accord pour les moules.
en ce qui concerne les vieux, surtout malade, j'ai entendu discuter doctement sur l'utilité pour une nation d'engager de très importants frais, alors que l'enfance et les investissements sont en manque

eva 12/01/2006 16:52

super ton article - une autre vision des choses...et merci pour ton passage sympa...:) a presto amico blogger!

Or, donc...

 
Time flies, comme ils disent. Les gens qu'on aime disparaissent, des horreurs se produisent, et on avance. On a le droit, on a le devoir de croire que l'omme peut s'en sortir, on a le droit de rêver, d'aimer, de rire et de chanter.
 
Le monde meilleur, il faut le faire, il faut en parler. alors on apporte notre petite contribution, et si ça ne plaît pas, au moins ça débarrasse. Ca débarrasse la tête, le ventre, le coeur.

Si tu as apprécié, participe et reviens. Il y a du blanc et du rosé au frais. Du saucisson au cellier. Du fromage qui pue à tous les étages... Le rouquin est sur la table, sers-toi, trinquons, et profitons de la vie ! Echangeons, mélangeons, partageons... 

Recherche

Mes Vieux Trucs