Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2006 6 01 /07 /juillet /2006 09:59


1978. La revue satirique américaine National Lampoon se lance dans le cinéma. Son premier essai sera un coup de maître, avec Animal House, connu (?) en France sous le nom American Collègue (Merci la 5 de Berlusca...)



Ce film est culte. C'est le père des films potaches, mille fois meilleur que les Porky's, plus déjanté et sale que les American Pie. Il a en outre une des meilleurs bandes sons de tous les temps, avec Louie, Louie, What a wonderful world this would be de Sam Cooke, Shout, etc.



Il a surtout la chance d'avoir été scénarisé et mis en scène par deux très grands de la comédie américaine, j'ai nommé Harold Ramis (Ghostbusters, GroundHog Day, Analyze this, etc.) et John Landis (The Kentucki Fried Movie, The Blues Brothers, Trading places -un fauteuil pour deux-, etc.).

L'histoire est du très haut niveau. 1963. Le proviseur du collège Faber, Dean Vernon Warmer, est très ennuyé par une Fraternité sur son campus, les Delta. Ceux-ci sont fainéants, tricheurs, alcooliques et libidineux. Le doyen décide donc de profiter de la fraternité Oméga, ramassis de néonazis de très bonne famille, pour s'en débarrasser (à noter le petit rôle d'un Kevin Bacon puant à souhait dans sa chemise repassée, avec son air dédaigneux).



Pendant ce temps, deux jeunes mecs font leur entrée sur le campus et vont adhérer à la 'Frat' Delta. Le premier est gros, idiot mais bon camarade (Kent 'Flounder' Dorffman, 'Pato' en Français), l'autre est petit, fûté et peu causant, Larry 'Pinto' Kroger, (Tom Hulce, l'inoubliable Mozart dans le Amadeus de Milos Forman).



Ils vont faire la connaissance d'une bande incroyable, qui ne songe qu'à faire la fête (t'as compris le film, non?)

D'abord, celui qui aurait dû être un des plus grands acteurs de l'histoire du cinéma et qui s'est connement retrouvé cané une seringue dans le bras à 33 ans... John Belushi, l'inoubliable 'Jake Blues' dans les Blues Brothers, le complètement taré Capitaine Wild Bill Kelso dans 1941 de Steven Spielberg. Il joue John 'Bluto' Blutarski, l'homme aux mille grimaces, qui plie les canettes de bière vide contre son front, se renverse la moutarde dessus, lance un 'dead ants' en plein bal...

























Ensuite, les duettistes Eric 'Otter' Straton, le brancheur, relax et sans aucun état d'âme et Donald 'Boon' Schoenstien, l'amoureux (de Katy, Karen Allen, la Marion dans les Aventuriers de l'Arche Perdue). Ces 2 acteurs n'ont pas fait une grande carrière, mais leurs personnages valent leur pesant de cacahuètes. Ce qui est dommage, c'est que les deux acteurs qui étaient préssentis au départ pour leur rôle faisaient parie de la bande Saturday Night Live / National Lampoon. Cétait Bill Murray et Chevy Chase.
















Décalés, cool, ce sont eux qui mènent la troupe, eux qui ont les bonnes idées: la toge partie lorsque le doyen les fait surveiller, 'une virée terrible' quand la Fraternité est dissoute, et la vengeance quand ils sont tous renvoyés...


Enfin, le taré, Daniel 'D Day' Simpson Day (Bruce McGill, Jack le copain aviateur de McGyver). Le rôle était écrit pour Dan Ayckroyd, qui avait d'autres engagement malheureusement à ce moment-là.

Pour moi Animal House est un film à sketches, qu'il faut voir au moins pour le déjeuner de Bluto à la cafét', où il se sert un plateau énorme, gobant tout ce qu'il peut et enfournant un hamburger entier...


Il faut le voir aussi pour la toge partie, magnifique de décadance, et merveilleusement rythmée par le 'Otis Day and th Knights' dans lequel on peut voir le bluesman Robert Cray à la basse.

Film à sketches, donc, film de potache, film-tiroir où les blagues se succèdent, où les acteurs s'éclatent parce que les gags sont décapants. Bien sûr, c'est lourd. C'est du gros qui tâche. Mais c'est du grand gros qui tâche fort. Le top du top.

Et qui n'a pas vu Donald Sutherland cul nu avec un chandail ne connaît rien au cinéma intelligent. Qui n'a pas vu les sourcils de John Belushi se déformer devant le spectacle d'une beauté en train de se caresser ne sait pas ce qu'est l'ironie.

Je repense à ce propos à Dominique Farrugia, dans une interview, où on lui demande ses sources d'inspiration. Il cite le film.

Et notamment, il raconte: 'Tu t'es retrouvé au moins une fois dans une soirée où un connard de bellâtre avec une guitare se met à jouer le temps des cerises et draine toutes les filles autour de lui, conquises.'

Et bien, pendant la toge partie, il y a ce mec, guitare, dans les escaliers, entourées de quelques jolies femmes, chantant sa mélopée (d'une voix qui susurre) alors que c'est le feu de partout. Bluto, en toge, débarque, s'arrête, hausse le sourcil gauche, attrape la guitare du mec et la fracasse contre le mur. C'est bon, c'est beau, c'est jouissif. J'ai toujours rêvé de faire ça.

Bref, ce film est indispensable. Tu sais ce qui te reste à faire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Supermama 07/07/2006 19:01

C'est marrant, Superpapa est justement en train de le téléchar...  enfin de le ... enfin on se comprend quoi !!!

Fredogino 10/07/2006 12:14

Vous m'en direz des nouvelles...

seb 04/07/2006 00:57

ça y est, c'est officiel, Fred, tu l'as trouvé le film essentiel dont je n'avais jamais entendu parlé !
Bien joué et merci.

Séb

Fredogino 04/07/2006 14:02

Et il est essentiel, pour de vrai...

:0007: Youk - Netbourgogne 03/07/2006 13:07

Spéciale dédicace sur mon site pour toi, mon Frédo...
Amicalement.

Fredogino 04/07/2006 14:11

Comme t'es une merveille...

Vivre 03/07/2006 12:54

Bonjour à toi l'Ami.Merçi de  ta fidelité qui me fait grand plaisir.Je vais avoir un peu de temps pour venir sur OB. C'estpas que j'aie moins de boulot,mais mes petits enfants sont en congé,donc j'aurais moins de trajet à faire, donc gain de temps :-) J'en profiterai pour venir te voir et peut-ètre te croiser sur le forum.A bientôt.Amitiés.Spike.

Fredogino 04/07/2006 14:11

Ca fait du bien de te lire de temps en temps, Spike...

renée et Christian:0026: 03/07/2006 11:31

 :0016:   oui  pour un petit verre de pastis, mais pas trop ça me monte à la tête, et quand il fait chaud, je me met à l'eau. (double expression, eau baignade, et eau à boire) mais je t'imagine très bien fêter cette belle victoire avec tes copains, cela à du être joyeux, tant mieux, c'est ainsi qu'il faut réagir, les occasions sont assez rares pour s'en priver une fois qu'elles sont là.Bon atchoum , pardon, bon après midi, gros bisousMamiekéké et cricri d'amour.

Fredogino 03/07/2006 11:33

Ben en fait, j'avais fait des alouettes sans tête, alors on a mangé, heureux (doublement parce qu'elles étaient bonnes)

Or, donc...

 
Time flies, comme ils disent. Les gens qu'on aime disparaissent, des horreurs se produisent, et on avance. On a le droit, on a le devoir de croire que l'omme peut s'en sortir, on a le droit de rêver, d'aimer, de rire et de chanter.
 
Le monde meilleur, il faut le faire, il faut en parler. alors on apporte notre petite contribution, et si ça ne plaît pas, au moins ça débarrasse. Ca débarrasse la tête, le ventre, le coeur.

Si tu as apprécié, participe et reviens. Il y a du blanc et du rosé au frais. Du saucisson au cellier. Du fromage qui pue à tous les étages... Le rouquin est sur la table, sers-toi, trinquons, et profitons de la vie ! Echangeons, mélangeons, partageons... 

Recherche

Mes Vieux Trucs