Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2006 1 28 /08 /août /2006 10:15
Je me suis dit que tout était fini. Que nul n'était besoin de pousser plus loin le plaisir de vivre dans cette ville, face au bleu, sous le bleu.

Je ne suis même pas retourné voir cette mer bizarre, haute le soir, basse le matin, qui se retire pendant la nuit comme pour saluer, humblement, le retour du soleil. La mienne reste dure et pleine devant l'astre flamboyant.

Pour moi le week end était fini. Raccompagné à la gare par des camarades de Haute-Saône, j'avais vu partir tous mes collègues au train de 16h47. Le mien était à 19h29. Presque 3 heures à attendre. Revoir la mer? Lire au soleil? Profiter une dernière fois des charmes de la Charente maritime? Non, pas pour moi...

Ereinté par un week-end festif et studieux, je suis resté dans la gare de La Rochelle, à finir Mémoire de mes putains tristes, de Gabriel Garcia Marquez et commencer de feuilleter une Petite Ethnobotanique méditerranéenne qui me ravit déjà : je découvre un arbuste, l'aliboufier, probablement nommé ainsi pour la ressemblance des petites boules qu'il produit avec des testicules ("Alibofi" en provençal)...

Trois heures dans la gare. Une jolie gare, avec une belle fresque représentant m'a-t-il semblé les caravelles de Christophe Collomb, mais j'étais un peu dans le colletard... Allez va, je te le dis, parce que je suis sûr que tu te demandes pourquoi, comme un pauvre blaireau, je ne suis pas allé me replonger dans la douceur océane... La raison pour laquelle j'étais venu avait disparu : l'université d'été du Parti socialiste était terminée...

Ce qu'il y a de bien dans cette université d'été, que je découvrais, c'est l'ambiance conspiratrice qui transpire.

Les petits secrets s'échangent allégrement. Tiens je t'en fais cadeau, en changeant les noms pour préserver l'anonymat des protagonistes:

John prend son petit déjeuner avec Steve en terrasse et le visage de la gauche est changé... Autour de l'espace de réunion, dans les couloirs, dans les bars et les boîtes de nuit du port on apprend que Bobby va certainement abandonner, que Sylvester pense qu'il est définitivement hors jeu, que Sue Helen va se retirer au profit de son mari, etc.

Bref, on se croirait dans les couloirs de Versailles... et on rentre finalement avec plus de questions que de réponses...

Partager cet article

Repost 0
publié par Fredogino - dans De l'actu
commenter cet article

commentaires

Doctole 30/08/2006 07:57

Ah c'est pour cela que tu n'es pas passé à la maison Sniiiiiiiiiiiiiif

Fredogino 30/08/2006 08:56

Ehhhhhhhhhhh oui, je suis dég...

Youkou en Errance 29/08/2006 12:19

"La mienne reste dure et pleine devant l'astre flamboyant."Cette phrase m'est restée dans la tête et tu sais la nôtre, berce l'Astre au coucher pour que ses lumineux feux de joie prennent vie dans d'autres horizons.;) ;) Bise

Fredogino 29/08/2006 12:30

Faudra peut-être que je revoie ça... je t'embrasse, toi.

Youkou en Errance 29/08/2006 11:47

C'est ce qu'on pensait... qui se cache derrière J.R... la suite la semaine prochaine... je reste troublée de ta façon de parler des eaux ;) remarquables mots Frédo!

Melissa_bel 28/08/2006 23:19

Je dois dire... cest un de tes plus beaux textes, Fred! Ciel, les vacances t'ont mis en verve!

Fredogino 29/08/2006 09:40

Merci Mel, c'est sympa...

Kri 28/08/2006 18:55

Que lis-je? de l'érotisme chez Fredo :-OCf 5ème ligne ;-)Humour mis à part : très beau texte

Fredogino 29/08/2006 09:40

Oups, c'est vrai, là je me suis fait avoir...

Or, donc...

 
Time flies, comme ils disent. Les gens qu'on aime disparaissent, des horreurs se produisent, et on avance. On a le droit, on a le devoir de croire que l'omme peut s'en sortir, on a le droit de rêver, d'aimer, de rire et de chanter.
 
Le monde meilleur, il faut le faire, il faut en parler. alors on apporte notre petite contribution, et si ça ne plaît pas, au moins ça débarrasse. Ca débarrasse la tête, le ventre, le coeur.

Si tu as apprécié, participe et reviens. Il y a du blanc et du rosé au frais. Du saucisson au cellier. Du fromage qui pue à tous les étages... Le rouquin est sur la table, sers-toi, trinquons, et profitons de la vie ! Echangeons, mélangeons, partageons... 

Recherche

Mes Vieux Trucs