Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2005 1 10 /10 /octobre /2005 23:00
Eh, eh! Je ne t'ai pas encore parlé du livre que je suis en train de lire. Il se lit distraitement, tranquillement, sans faire de vagues, si ce n'est à l'âme... (Ca lui arrive en effet).

Ce n'est pas une découverte, c'est un livre de 2002, auteur Denis Grozdanovitch, titre "Petit traité de désinvolture".
Le sous-titre résume parfaitement le carnet (oui, c'est un carnet, l'auteur nous livre ses réflexions dans des chroniques savoureuses). Je te le livre tel quel:

"Où il est question du dilettantisme et de la désinvolture, du temps et de la vitesse, des îles et du bonheur, du sport et de la mélancolie... mais aussi des chats, des tortues et des chinois."

J'avoue qu'il m'arrive régulièrement de me bidonner comme un idiot dans le métro à la lecture de certaines situations comiques qu'il décrit. Les gens doivent me prendre pour un taré (déjà que je danse quand les Massilia passent sur mon Ipod, que je chante quand c'est Brassens et que je m'esclaffe quand passe un sketch de Font et Val ou de Desproges...).

Bref je t'en dirai un peu plus sur ce Denis Grozdanovitch quand j'aurai fini le bouquin.

D'ores et déjà, un petit passage souligné par Marion, sur lequel je me suis arrêté quelques instants, rêveur, au bord du canal Saint-Martin:

"Il existe dans Paris une multitude d'endroits où persévère dans son être cette population qui n'a guère d'autre ambition que de jouir au jour le jour des petits plaisirs qu'elle a réussi à se ménager un peu à l'écart du train du monde:[et il cite les fameux endroits]"

 Dans une des premières chroniques, il parle en effet des oisifs, des dilettantes, des gars paisibles qui passent leur journée à jouer au billard ou à la pétanque, à collectionner les timbres ou les soldats de plomb défraîchis... Il nous apprend alors qu'un symbole de la sagesse pour les chinois est le pêcheur à la ligne, que l'on retrouve souvent, dans le coin d'un tableau, au deuxième ou troisième plan, contemplant d'un oeil distrait les gesticulations de ses semblables. Un pur bonheur.

J'aienvie de la placidité d'un lac ou de la force de la mer. Quelque chose de puissant et de tranquille. Je vais aller prendre un café ;)

Partager cet article

Repost 0
publié par Fredogino - dans de la lecture
commenter cet article

commentaires

céline 06/12/2005 14:35

justement ce soir, je dévalise pour ce dur mois hivernal.. je t'en dirai des nouvelles.
Ce matin ce qui m'a fait marrer toute seule dans le métro (précisons que je tenais la barre du milieu avec une vieille dame les talons sur mes godasses!)
"Non je ne me coucherai pas. On ne se couche que pour mourir.C'est Tolut qui me l'a dit. Tolut c'est un vieil ami à moi, un vieil ami d'enfance. Maintenant il dort dans un fauteuil pour ne pas mourir. Moi je dormirai debout"
les derniers jours de Queneau.
Certes c'est un humour décalé mais avec la petite dame sur moi, désolé pour elle, mais je me l'imaginais Hs...
a bientot

Fredogino 06/12/2005 14:59

Hé, j'attends tes nouvelles avec impatience, Céline, tous les livres que tu vas découvrir, et peut-être celui de Denis... En attendant, Queneau, quelle merveille cet homme là...

sissi 13/10/2005 03:32

ah...ça c'est tout à fait moi...une paresseuse professionnelle ...

Andrael 11/10/2005 22:19

il y a aussi des filles paisibles qui, plus jeunes, passaient leurs journées à jouer au billard... C'était le bon vieux temps...

fifounet 11/10/2005 15:18

tu me passeras le bouquin qd tu auras fini?

Or, donc...

 
Time flies, comme ils disent. Les gens qu'on aime disparaissent, des horreurs se produisent, et on avance. On a le droit, on a le devoir de croire que l'omme peut s'en sortir, on a le droit de rêver, d'aimer, de rire et de chanter.
 
Le monde meilleur, il faut le faire, il faut en parler. alors on apporte notre petite contribution, et si ça ne plaît pas, au moins ça débarrasse. Ca débarrasse la tête, le ventre, le coeur.

Si tu as apprécié, participe et reviens. Il y a du blanc et du rosé au frais. Du saucisson au cellier. Du fromage qui pue à tous les étages... Le rouquin est sur la table, sers-toi, trinquons, et profitons de la vie ! Echangeons, mélangeons, partageons... 

Recherche

Mes Vieux Trucs